Mouzay - Beautertre

Beautertre est un ancien prieuré. Ce bénéfice était à la collation de l'abbé de Cormery. Sa chapelle ou église est mentionnée dans le testament de Guillaume de Launay, prêtre, en 1223. Elle était jadis le but de nombreux pèlerinages, particulièrement le 8 septembre, jour de la Nativité de Marie. On y vénérait une statue de la Vierge, connue sous le nom de Notre-Dame-de-Beautertre et qui, d'après la tradition, aurait été trouvée par un pâtre à l'endroit où, plus tard, on bâtit le prieuré. Les pèlerins attribuaient aux eaux de la fontaine, située près de là, le pouvoir de guérir diverses maladies.
A la suite de ravages terribles causés à Loches par une maladie contagieuse, de 1631 à 1637, les habitants de cette ville et le clergé firent vœu, pour obtenir la cessation du fléau, de se rendre processionnellement, tous les ans, le dimanche de Quasimodo, à l'église de Beautertre et d'y chanter la grand'messe de la paroisse Saint-Ours. A cette occasion, un pain béni devait être offert par un des officiers, médecins ou avocats de Loches. Celui qui faisait cette offrande était tenu, en exécution d'une décision prise par les notables, le 2 mai 1726, de faire porter au prieuré "un déjeuner honnête et à sa discrétion, pour le prêtre et le clergé conduisant la procession".
Le vœu de Beautertre, c'est ainsi que l'on appelait dans le pays ce pèlerinage annuel, s'accomplit pendant longtemps avec toute la piété et le recueillement désirables; mais en 1775 et 1776 des abus et des scandales se produisirent. Par ordonnance des 15 mars et 28 mai 1777, l'archevêque de Tours décida que la procession, au lieu d'aller à Beautertre, se rendrait de l'église paroissiale de Saint-Ours à celle de la collégiale.
Le prieuré possédait les fief et métairie de La Giraudière, situés dans la paroisse de Dolus et relevant de la châtellenie de L’Épinay. En sa qualité de propriétaire de ce fief, le prieur devait au châtelain une paire de gants blancs et quatre deniers de franc-devoir. De plus, tous les ans, la veille de Noël, il avait l'obligation de se rendre au château de L’Épinay pour mettre le feu à l'Être-fouau.
Le prieuré relevait du château de Loches à franche aumône.
Vincent-Marie Touchard fut le dernier prieur de Beautertre (1790). Depuis la Révolution, la chapelle est devenue une propriété particulière. En 1875-1876, le 8 septembre, un grand nombre de fidèles, venant des paroisses voisines, s'y sont rendus processionnellement avec le clergé.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire