Neuvy-le-Roi - Le Moulin-du-Gué

Ce lieu s'est appelé: Le Moulin du Gué ou de La Limagne (XVIIe siècle, Archives départementales), Le Moulin du Gué (1834, Cadastre), Moulin du Gué (1854, DDAF 37, Bassin du Loir, rivière du Long), Le Moulin du Gué (1938, Cadastre).
En 1854, c'était un moulin à blé.

Courçay - Geay

Ce lieu s'est appelé: Petit Geay (XVIIIe siècle, Carte de Cassini), Geay (1826, Cadastre), Geay (1936, Cadastre).
C'est une ancienne dépendance de la prévôté de Courçay.

Tournon-Saint-Pierre - Les Vallées

Ce domaine s'est appelé Les Vallées: au XVIIIe siècle (Carte de Cassini) et au XXe siècle (Carte IGN).
Il a été la propriété de la famille Lhéritier de Chézelles, dont un membre, Samuel, fut un général de Napoléon. Au XXe siècle, le château a appartenu à la cantatrice Mado Robin. Par la suite, il a abrité une colonie de vacances de la ville de Chevilly-Larue.

Verneuil-sur-Indre - La Châtre-aux-Grolles

Ce domaine s'est appelé: Aucastrum (1200), Castra (1246, Archives départementales de la Vienne), Commanderie de La Chatre (XVIIIe siècle, Carte de Cassini), La Châtre aux Grolles (1813 et 1942, Cadastre).
C'était une ancienne commanderie de l'ordre du Temple, puis, par la suite, de l'ordre de Jérusalem, de la langue de France et du grand prieuré d'Aquitaine. En 1643, ses revenus ne suffisant plus à l'entretien d'un commandeur, elle fut réunie à celle de Fretay. De l'ancienne forteresse, il ne reste aujourd'hui aucune trace. Elle était entourée de douves profondes que l'on franchissait au moyen de deux ponts-levis. L'ancienne chapelle seigneuriale subsiste encore presque en entier. La partie la plus ancienne date du XIIe siècle. La voûte a été détruite en 1848. L'édifice a une longueur de 20 mètres et une largeur de 7,65 mètres. Une inscription indique que la charpente a été refaite en 1672, par l'ordre du chevalier de Sallo, commandeur de Fretay. Avant 1793, l'abside était ornée de statues de grandes dimensions, les unes en bois, les autres en pierre. Cette chapelle était desservie par le curé de Verneuil qui y célébrait la messe une fois par semaine.
En 1724, le domaine avait une étendue de 25 arpents de terres labourables, prés, vignes et bois. Un moulin, situé à une demi-lieue de La Châtre, en dépendait.

Les commandeurs de La Châtre-aux-Grolles furent:
  • Savary de Sonnay, en 1246.
  • Jean de Plesneau, en 1366.
  • Jean Sautour, en 1463.
  • René de Sallo de Semagne, en 1672-1675.
  • Jacques de Voyer de Paulmy, en 1694.
  • Léon-Hyacinthe Lingier de Saint-Sulpice, en 1789.
La Châtre-aux-Grolles formait un fief relevant du château de Loches.

Verneuil-sur-Indre - La Gauterie

Ce domaine a porté les noms de: La Gautrye (1418, Archives départementales), La Gauterie (1746, Archives départementales), La Gautrie (XVIIIe siècle, Carte de Cassini), Le Château de la Gautrie (1813, Cadastre), La Gautrie (1942, Cadastre), La Gauterie (XXe siècle, Carte IGN).
Cet ancien fief relevait du château de Loches. Par acte du 15 mai 1418, Jean Galteau fonda une messe à l'autel de Saint-Jean-Baptiste, dans la collégiale de Loches, et donna, pour cette fondation, une rente assise sur la Gauterie. En 1663, le fief appartenait à Gaillard de Ceriziers, président au grenier à sel de Loches, qui, par acte du 24 avril de cette même année, fit un don à l'église de Saint-Jean-sur-Indre. En 1746, il était possédé par Marie-Anne-Jeanne Bizet de la Madeleine, femme, séparée de biens, de Claude d'Agneaux, ancien maître d'hôtel de la reine. Elle rendit hommage, au château de Loches, le 28 février de cette même année. En 1749, Eusèbe-Jacques Chaspoux, marquis de Verneuil, était propriétaire de la  Gauterie.

Saint-Christophe-sur-le-Nais - Le Bas-Sion

Ce lieu s'est appelé Le Bas Sion: au XVIIIe siècle (Carte de Cassini), en 1834 (Cadastre), en 1938 (Cadastre).
En 1823, le manoir fut acquis par Antoine Soloman, cirier, et Philippe-Louis Gendron.

Amboise - La Richardière

Ce domaine s'est appelé La Richardière: en 1681 et 1766 (Archives départementales), en 1759 et 1772 (actes notariés), au XVIIIe siècle (Carte de Cassini), en 1808 et 1942 (Cadastre de Saint-Denis-Hors), en 1961 (acte notarié). Il faisait partie de la commune de Saint-Denis-Hors.
Cet ancien fief relevait de Châtellier. En 1643, il appartenait à Louis Boireau; en 1681, à Jean Blanchet; en 1700, à Jacques Lucas; en 1712, à Jean Bouteroue d'Aubigny; en 1759, à N. de Conflans d'Armentières; en 1766, au duc de Choiseul-Amboise.

Chezelles - La Richardière

Cet endroit s'est appelé La Richardière: au XVIIIe siècle (Carte de Cassini), au XXe siècle (Carte IGN).
Il n'a pas d'historique connu.

Chezelles - Lièze

Ce village s'est appelé: Curtis Liuzia (1007, Charte du roi Robert), Parrochia de Liesa (1005 et 1184), Liezia (1190), Lieza (1192, Charte de l’abbaye de Beaumont-lès-Tours), Liezia (XIIIe siècle, Archives départementales), Lièze (1480, Archives nationales), Liesse (XVIIIe siècle, Carte de Cassini), Lièze (1833 et 1965, Cadastre). Lièze fut rattachée à Chezelles par Ordonnance royale du 28 janvier 1833.
Avant la Révolution, il était du ressort de l'élection de Richelieu et faisait partie de l’archidiaconé d'outre-Vienne et du doyenné de l'Île-Bouchard. En 1793, il dépendait du district de Chinon.
Une partie du domaine de Lièze fut donnée, vers 1002, à l'abbaye de Beaumont par Hervé de Buzançais, trésorier de Saint-Martin de Tours. A la même époque, le seigneur de l'Île-Bouchard céda à ce monastère tous les droits et usages qu'il possédait dans cette localité. La femme de Robin de Montenay, et Marc, son fils, abandonnèrent aussi ceux dont ils jouissaient dans le même lieu.
L'abbaye de Beaumont créa à Lièze un prieuré de filles dont la fondation fut approuvée par le roi Robert, en 1007. Par la suite, ce village devint une paroisse à une date indéterminée.
En 1791, les bâtiments du prieuré et les terres qui en dépendaient furent vendus comme bien national pour 33.100 livres.
Le titre curial était à la présentation de l'abbesse de Beaumont.

Curés de Lièze: Guillaume Luce (1461), Jean Luce (1523), Pierre Luce (1535), Antoine Rocher (1579), Jean Georget (1614), François Simon (1646), Antoine Bourassé (1655-1666), François Paton (1687), Claude Gillard (1730), Gilles Cottereau (nommé le 9 août 1734), René Gilbert (nommé le 4 juin 1763), Moussé (1790, curé constitutionnel, 1793).

Lièze constituait un fief qui appartenait à l'abbaye de Beaumont. Dans un titre de 1734, Louise-Henriette-Gabrielle de Bourbon-Condé, est qualifiée de dame de Lièze. Ce fief avait droit de haute et basse justice et relevait du château de l'Île-Bouchard.

Maires de Lièze: Métayer (1801, 29 décembre 1807), Maurice Pivaud (1807, 14 décembre 1812), Joseph-François Maurice (10 novembre 1816).

Chezelles - La Fuchard

Ce lieu s'est appelé La Fuchard: au XVIII siècle (Carte de Cassini), en 1833 (Cadastre), en 1960 (acte notarié), en 1965 (Cadastre).
Il faisait partie de l'ancienne commune de Lièze.