Sonzay - La Maison-d'Ardoise

Cet endroit s'est appelé: Les Maisons d’Ardoizes (1694, acte notarié), La Maison d'Ardoise (1820, Carte de l’État-major), La Maison d’Ardoise (1828 et 1950, Cadastre).
Il n'a pas d'historique connu.

Avon-les-Roches - Le Puy-Chauveau

Ce domaine s'est appelé: Puy d’Avon (1475, Archives départementales), Le Puy Chauveau (XVIIIe siècle, Carte de Cassini), Le Puy Chauveau (1820, Carte de l’État-major), Le Puy Chauveau (1831 et 1972, Cadastre).
En 1475, cet ancien fief appartenait à Pierre de Sazilly.

Chemillé-sur-Indrois - La Bannerie

Ce lieu s'est appelé La Bannerie: au XVIIIe siècle (Carte de Cassini), en 1791 (Archives départementales, Biens nationaux), en 1820 (Carte de l’État-major), en 1832 (Cadastre), en 1936 (Cadastre).
Cet ancien fief appartenait, en 1789, à Antoine de Maussabré, écuyer. Les chartreux du Liget y possédaient aussi un domaine.
En 1826, la ferme fut vendue à M. de la Roche-Aymond, alors propriétaire du château de Montrésor. Par la suite, cette ferme fut détruite et il ne reste, de nos jours, que le pigeonnier.

Saint-Nicolas-de-Bourgueil - Le Moulin-Neuf

Ce lieu s'est appelé: Le Moulin Neuf (1645 et 1672, Archives communales de Saint-Nicolas-de-Bourgueil), Moulin Neuf (1700, Archives communales de Saint-Nicolas-de-Bourgueil), Moulin Neuf (XVIIIe siècle, Carte de Cassini), Le Moulin Neuf (1791, Archives départementales, Biens nationaux), Le Moulin Neuf (1820, Carte de l’État-major), Le Moulin Neuf (1830 et 1947, Cadastre), Le Moulin Neuf (1962, Carte IGN).
Il relevait du fief du Colombier et dépendait de la chapelle Saint-Jean appartenant à l'abbaye de Bourgueil. En 1672, il appartenait à maître Philippe Baudin; en 1700, à Urbain Piedfourché, qualifié du sieur de Moulin Neuf. Il fut vendu comme bien national, le 28 février 1791, pour 10.600 livres.
Près du château, le moulin était actionné par le Changeon.

Epeigné-les-Bois - Neuillé

Ce lieu s'est appelé Neuillé: au XVIIIe siècle (Carte de Cassini), en 1820 (Carte de l’État-major), en 1826 (Cadastre), en 1865 (acte notarié), en 1935 (Cadastre).
Il n'a pas d'historique connu.

Couziers - La Cour

Ce domaine s'est appelé: La Cour-de-Couziers (1526 et 1640, Archives départementales), La Cour (XVIIIe siècle, Carte de Cassini), La Cour (1837 et 1959, Cadastre).
Cet ancien fief relevait de La Roche-Clermault. En 1526, il appartenait à Robert Le Maire, écuyer; en 1663, à Guillaume Bonneau.

Couziers - La Trochoire

Ce domaine a porté les noms de: La Trochouère (1622, Archives communales de Candes-Saint-Martin), La Trochouerre (1645, Archives communales de Candes-Saint-Martin), La Trochoire (1837 et 1959, Cadastre).
Ce domaine relevait du château de Saint-Germain-sur-Vienne. En 1622, il appartenait à Philippe Rochin, écuyer, gendarme de la compagnie de la Reine; en 1645, à Pierre Rochin, contrôleur d’artillerie de la garnison d’Arras, chef de gobelet de la maison de la Reine; en 1779, à N. Cailleau; en 1787, à N. de Foucault.
La chapelle dépendant du château est mentionnée dans le Registre de visite du diocèse de Tours de 1787.
En 1940, la banque Demachy cacha, dans les caves, deux milliards de francs venus de Paris en corbillard.

Saché - Bordebure

Cet endroit s'est appelé Bordebure: en 1289 (Archives départementales), au XVIIIe siècle (Carte de Cassini), en 1813 (Cadastre), en 1963 (Cadastre), en 1938 (acte notarié), en 1970 (Cadastre).
En 1289, le Chapitre de Saint-Martin de Tours concéda ce domaine, qui comprenait alors une surface de huit arpents, à deux frères, Berthelot et Guillaume-Armand Gendron, moyennant trente sols et dix chapons de rentes.

Brizay - Le Petit-Bournais

Ce domaine s'est appelé: Petit Bournais (XVIIIe siècle, Carte de Cassini), Les Petits Bournais (1832 et 1954, Cadastre), Le Petit Bournais (2013, Carte IGN). On y voit une chapelle.
C'était un fief qui, en 1527, fut possédé par François d'Allemaigne, écuyer.

Genillé - Le Moulin-de-la-Roche

Cet endroit s'est appelé: le Moulin de la Roche (1805, DDAF 37, Bassin de l’Indre, rivière de l’Indrois), Moulin de la Roche (1831, Cadastre), Le Moulin de la Roche (1845, DDAF 37, Bassin de l’Indre, rivière de l’Indrois), Moulin de la Roche (1966, Cadastre).
Vers 1240, il appartenait à Aimery et Jean de Poitiers; en 1250, à Guillaume de Murceins; en 1258, à la Chartreuse du Liget; vers 1700, à Jacques Gaigneron.