Avrillé-les-Ponceaux - La Beaugerie

Ce lieu s'est appelé: La Bongerie (XVIIIe siècle, Carte de Cassini), La Baugerie (1791, Archives départementales, Biens nationaux), La Beaugerie (1820, Carte de l'état-major), La Beaugérie (1829, Cadastre), La Baugerie (1835, acte notarié), La Beaugeairie (1873, acte notarié), La Beaugérie (1938, Cadastre), La Beaugerie (2015, Carte IGN).
Cette ancienne propriété de l'abbaye de Fontevraud fut vendue comme bien national en 1791.

Château-Renault - Le Haut-Pichon

Ce lieu s'est appelé: Pichon (1820, Carte de l'état-major), Le Pichon (1835, Cadastre), Le Haut Pichon (1949, Cadastre).

Azay-le-Rideau - Caves-Méclines

Ce lieu s'est appelé: Les Caves (1820, Carte de l'état-major), Caves-Méclines (2014, Carte IGN).
Il se trouve près du chemin des Caves-Méquelines.

Azay-sur-Cher - La Baronnerie

Ce lieu s'est appelé La Baronnerie: en 1820 (Carte de l'état-major), en 1826 (Cadastre), en 1864 (acte notarié), en 1960 (Cadastre).

Château-Renault - Launay

Ce lieu s'est appelé: Le Moulin de Launay (1602, Archives nationales), Moulin de Launay (XVIIIe siècle, Carte de Cassini), Le Moulin de Launay (1792, Archives départementales, Biens nationaux), Le Moulin de Launay (1827, DDAF 37 - Bassin de la Loire, rivière de la Brenne, dossier n° 4, moulin n° 8), Moulin de l’Aunay (1835, Cadastre), Launay (1949, Cadastre), Launay (2013, Carte IGN).
Le moulin se trouve sur la rivière de la Brenne ou ruisseau du Boisseau. En 1602, il dépendait de la seigneurie de Château-Renault. En 1789, le moulin appartenait au comte d'Estaing; en 1827, à M. Lendormy.

Villiers-au-Bouin - Teillault

Cet endroit a porté les noms de: Teillault (XVIIIe siècle, Carte de Cassini), Teillaut (1820, Carte de l'état-major), Teillault (1849, Cadastre), Teillaut (1881, J.-X. Carré de Busserolle, Dictionnaire de Touraine, Tome VI), Teillault (1949, Cadastre), Teillault (2014, Carte IGN).

Saint-Etienne-de-Chigny - Briquelou

Ce lieu s'est appelé: Landes de Pinou (1811, Cadastre), Briqueloup (1878, J.-X. Carré de Busserolle, Dictionnaire de Touraine, tome 1), Briquelou (1958, Carte IGN), Briquelou (1962, Cadastre).
Ce toponyme fut créé en 1836 par Jean-Claude-Mathurin Carlier, fabricant de carreaux, lorsqu’il y installa son usine actionnée par le moulin à vent. Il avait acheté ce lieu, le 12 mars 1835, à Honoré-Théodore-Joseph d'Albert, duc de Luynes.

Joué-lès-Tours - L'Auberdière

Ce domaine a porté les noms de: L’Aubardière (XVIIIe siècle, Carte de Cassini), Lauberdière (1823, Cadastre), L’Auberdière (1858, acte notarié), Lauberdière (1966, Cadastre), L'Auberdière (2014, Carte IGN). Il ne figure pas sur la carte de l'état-major (1820).
En 1861, il appartenait au vicomte des Réaux. A cette date, on y voyait une chapelle.

Chemillé-sur-Indrois - Le Moulin-des-Roches

Ce lieu s'est appelé: Molendinus de Rupibus de Vivranis (XIIe siècle), Molendinus de Roca de Vivraniis (1212, Cartulaire de la chartreuse du Liget), Molendinus de Rochis de Vivrain (1218, cartulaire du Liget), Molendinus de Rupes de Vivranis (1263, cartulaire du Liget), Les Roches de Vivrains (XVIIe siècle), Le Moulin des Roches (1791, Archives départementales, Biens nationaux), Moulin des Roches (1820, Carte de l'état-major), Moulin des Roches (1832, Cadastre), Le Moulin des Roches (1853, DDAF 37 - Bassin de l’Indre, rivière de l’Indrois, dossier n° 2, moulin n° 11), Moulin des Roches (1936, Cadastre), Le Moulin des Roches (2013, Carte IGN).
Cet ancien fief relevait de Montrésor. En 1235, il appartenait à Foulques de Mer qui vendit son droit de dîme aux religieux du Liget; en 1263, à Marguerite des Roches; en 1285, à Guillaume Guenand; en 1290, à Marguerite des Roches. En 1258, Guillaume de Meursaint vendit le moulin (distinct du fief) à la chartreuse du Liget qui le possédait encore en 1791. A cette dernière époque, le moulin fut vendu comme bien national pour 18.400 livres.
Le moulin fut, par la ensuite, la propriété de la famille Ricard pendant 93 ans.

Neuvy-le-Roi - La Rouillière

Ce lieu a porté les noms de: La Rouillère (XVIIIe siècle, Carte de Cassini), La Rouillière (1796, Archives départementales, Biens nationaux), La Rouillière (1803, Archives départementales, Hypothèques de Tours), La Roullière (1834 et 1938, Cadastre), La Rouillière (2014, Carte IGN). Il ne figure pas sur la Carte de l'état-major (1820)
Cette ferme a été vendue comme bien national en 1796.