Dierre - L'Imbaudière

Historique du nom: L’Imbaudière (1382, Archives 37, E31), L'Imbaudière (1820, Carte de l'état-major), L’Imbaudière (1824, Cadastre B1). Ce lieu ne figure pas sur le cadastre de 1954 et la carte IGN de 2014.

En 1382, ce domaine appartenait à Macé de Villemereau.

Dierre par Tourainissime

Chanceaux-sur-Choisille - La Jacopinière

Historique du nom: La Jacopinière (1479, Archives 37, H, Abbaye de Marmoutier), La Jacopinière (1814, 1937, Cadastre D2). Ce lieu ne figure pas sur la carte IGN de 2014.

Ce domaine est une ancienne propriété de l'abbaye de Marmoutier selon un bail du 27 mai 1479.

Chanceaux-sur-Choisille par Tourainissime

Neuilly-le-Brignon - La Lande-Saint-Jacques

Historique du nom: Oratorium de Brureia (1195, Charte de l'abbaye de Bois-Aubry), Prioratus de Landeia (1220), Capella S. Jacobi de Landa, Domus de Brureia apud Nuilleium (1245), Saint Jacques de la Lande (XVIIIe siècle, Carte de Cassini), Saint Jacques la Lande (1833, Cadastre B1), Saint-Jacques-la-Lande (1961, Cadastre AW1), La Lande Saint-Jacques (2013, Carte IGN).

Vers 1165, le lieu de La Bruère fut donné par Girard de Coué à l'abbaye de Bois-Aubry, à condition qu'elle y ferait construire une chapelle placée sous le vocable de saint Jacques. Par la suite, cette chapelle fut érigée en prieuré. Dès sa fondation, elle devint le but de nombreux pèlerinages et reçut de riches offrandes. Le curé de Neuilly, nommé Renaud, prétendit que cet état de choses lui portait préjudice et qu'il occasionnait une notable diminution dans les revenus de la cure. Une plainte, qu'il forma à ce sujet en justice, se termina par une transaction passée entre lui et Guillaume, abbé de Bois-Aubry (1166). Au siècle suivant, Philippe de la Haye, chevalier, donna au prieuré un pré situé dans la paroisse de Neuilly, en stipulant, dans l'acte passé à cette occasion, que la donation était faite à condition que le prieur et ses religieux célèbreraient son anniversaire et celui de sa femme Isabelle. Au XVe siècle, Saint-Jacques-de-la-Lande fut érigé en bénéfice dont la collation appartenait à l'abbé de Bois-Aubry. Jacques Odet en était prieur en 1529; Jean de la Jaille, en 1540; Gabriel de Voyer, évêque de Rodez, en 1666. Il mourut le 11 octobre 1682. Ce prieuré constituait un fief qui relevait de la baronnie de La Haye (Descartes). Près du prieuré se trouvait une métairie appelée Saint-Jacques-des-Landes. Pierre Baratte, vicaire-général du diocèse d'Angers, en était propriétaire en 1790.

Neuilly-le-Brignon par Tourainissime

Saint-Senoch - La Jaille

Historique du nom: La Jaille (1600, Archives 37, C602), La Jaille (XVIIIe siècle, Carte de Cassini), La Saillé (1820, Carte de l'état-major),  La Jaille (1832, Cadastre D2), La Jaille (1939, Cadastre D2b), La Jaille (2013, Carte IGN).

En 1600, ce domaine relevait censivement du Plessis-Savary.

Saint-Senoch par Tourainissime

Saint-Jean-Saint-Germain - Saint-Jean-sur-Indre

Historique du nom: Parochia Sancti Johannis super Indriam (1219, Dom Housseau, VI-2479), Parochia Sancti Johannis super aquam quae dicitur Ayndra (1273), Parochia Sancti Johannis super Aindre (1278, Cartulaire de l’archevêché de Tours, charte 75), Saint Johan sur Aindre (1358, Cartulaire de l’archevêché de Tours, charte 172), Saint Jehan sur Indre (1473, Charte de la chartreuse du Liget), Sainct Jehan (1495n Archives nationales, JJ226A-283-164), Saint Jean (XVIIIe siècle, Carte de Cassini), Saint Jean sur Indre (1820, Carte de l'état-major), Saint Jean (1826, Cadastre de Saint-Jean-sur-Indre), Saint Jean (1960, Cadastre de Saint-Jean-Saint-Germain), Saint-Jean (2013, Carte IGN).

Par Ordonnance royale du 27 septembre 1827, Saint-Jean-sur-Indre céda 50 ha à Verneuil-sur-Indre et en reçu 32 ha, une maison en ruine, sans habitant.

Par Ordonnance Royale du 19 mars 1834, la commune de Saint-Jean-sur-Indre fut réunie à celle de Saint-Germain-sur-Indre sous le nom de Saint-Jean-Saint-Germain.

Avant la Révolution, Saint-Jean-sur-Indre était dans le ressort de l'élection de Loches et faisait partie du doyenné de Loches et du grand-archidiaconé de Tours. En 1793, cette commune dépendait du district de Loches.

Population: 91 feux en 1764; 461 habitants en 1801; 450 habitants en 1804; 466 habitants en 1810; 422 habitants en 1821; 411 habitants en 1831.

L'ancienne église paroissiale appartient à diverses époques. Quelques parties paraissent être du XIe siècle, d'autres des XIIe et XIIIe. Le porche est du XVe siècle. Le presbytère relevait du fief de La Roche-Saint-Jean. Par acte du 24 avril 1663, Gaillard de Ceriziers, seigneur de La Gauterie, président au grenier à sel de Loches, donna une maison à la cure de Saint-Jean. La cure était tenue de se rendre processionnellement, tous les ans, le lundi des Rogations, à l'église de Perrusson. Dans cette paroisse se trouvaient plusieurs chapelles domestiques, entre autres celle du Coudray qui est mentionnée dans le Registre de visite du diocèse de Tours, en 1787.

Curés de Saint-Jean-sur-Indre: Jacques de Tougnac, 1528; Antoine de Baraudin, chanoine de Loches, 1586; René Chicoisneau, 1587; Jean Garnier, 1656; Albert Coutan, 1667; François Garnier, 1689; Nicolas Brissault, 1698; Jacques Garnier, 1727; François Gautier, 1759-1790; Nivet, curé constitutionnel, 1792.

Ce bourg était le chef-lieu d'une commanderie de l'ordre du Temple, et ensuite, de Saint-Jean-de-Jérusalem, qui fut annexée à celle de Fretay avant le XVIIe siècle. Elle est mentionnée dans une charte du grand-prieuré d'Aquitaine de 1256 (Domus militiae Templi S. Johannis super Indriam). D'autres titres, alors qu'elle était annexée à celle de Fretay, la désignent sous le nom d'Hôpital-de-Saint-Jean-sur-Indre. Au XVIIIe siècle, l'étendue des terrains composant ce domaine était de 75 arpents.

Le fief de Saint-Jean-sur-Indre appartenait au propriétaire du fief de La Roche qui, à ce titre, avait des droits honorifiques dans l'église paroissiale. En 1219, Raoul de Précigny, qui en était seigneur, donna au religieux de Baugerais la moitié de sa dîme de Saint-Jean, à condition que l'on prierait pour lui à toutes les messes qui seraient dites à l'autel de Saint-Benoît, dans l'église abbatiale. Trois ans après, Guy de la Poste, successeur de Raoul de Précigny, donna à la même abbaye une rente de 6 setiers de blé à prélever sur sa dîme de Saint-Jean.

En 1777, François-Louis Boullay, lieutenant particulier au siège royal de Loches, était qualifié de seigneur de Saint-Jean-sur-Indre.

Maires de Saint-Jean-sur-Indre: Charles Potier, 1790; Jacques-Guillaume Gaboré, 1801, 29 décembre 1807; Hubert-Antoine Gibé, 17 août 1815, 1821, 1826, 1831.

Saint-Jean-Saint-Germain par Tourainissime

Saint-Pierre-des-Corps - Jéricho

Historique du nom: Jérico (1504, Archives 37, G90), Jéricost (1684, Archives de Saint-Avertin), Jerico (XVIIIe siècle, Archives 37, G196), Jérico (1789, Archives 37, G174), Jéricho (1811, Cadastre A1), Jéricho (1820, Carte de l'état-major), Jericho (1968, Cadastre AB). Ce lieu ne figure pas sur la carte IGN de 2014.

Cette ancienne propriété du Chapitre de l'église de Tours lui avait été léguée, le 30 juillet 1504, par N. Lefuzelier, chanoine.

Saint-Pierre-des-Corps par Tourainissime

Tours - Jérusalem

Historique du nom: Jherusalem alias Beauregard ou Le Pressoir (1271, 1440, 1585), Jérusalem (1811, Cadastre de Saint-Symphorien A2), Jérusalem (1820, Carte de l'état-major). Ce lieu ne figure pas sur le cadastre de 1968 et la carte IGN de 2014.

Cet endroit est une ancienne propriété de l'abbaye de Marmoutier.

Tours Nord par Tourainissime

Les Hermites - Les Jeunoires

Historique du nom: Les Jeunoires (1763, Aveu), Les Jeunoires (1835, Cadastre C3). Ce lieu ne figure pas sur le cadastre de 1938 et la carte IGN de 2013

Ce domaine relevait censivement de la châtellenie de La Ferrière selon une déclaration féodale du 23 février 1763.

Les Hermites par Tourainissime

Saunay - Juchepie

Historique du nom: Huchepie (XVIIIe siècle, Carte de Cassini), Guchepie (an 2, Archives 37, Q, Biens nationaux), Juchepie (1820, Carte de l'état-major), Juche-Pie (1835, Cadastre B1), Juchepie (1939, Cadastre B2). Ce lieu ne figure pas sur la carte IGN de 2013.

Ce domaine faisait partie du marquisat de Château-Renault.

Saunay par Tourainissime

Saint-Roch - L'Etang-de-Jumeau

Historique du nom: L’Étang Jumeau (1669, Archives 37, C585), L'Etang de Jumeau (1828, 1931, Cadastre A1). Ce lieu ne figure pas, sous la forme de lieu-dit, sur la carte IGN de 2013.

Ce domaine relevait du fief de Saint-Roch et relevait, en 1524, à Jacques de Beaune, baron de Semblançay. Par acte du 11 octobre 1669, le duc de Luynes le vendit à Nicolas Chauvereau à condition qu'il le tiendrait féodalement de lui, à foi et hommage simple, et 6 deniers de franc-devoir.

Saint-Roch par Tourainissime

La Riche - La Fosse-au-Gras

Historique du nom: La Fosse au Gras (1700, acte Roussereau/Fondettes), La Fosse (1795, Archives 37, 1Q325-244-5, Biens nationaux), La Fosse aux Gras (1812, acte Bidault/Tours), La Fosse au Gras (1827, acte Guierche/Savonnières), La Fosse au Gras (1866, acte Scoumanne/Tours), La Fosse au Gras (1962, Cadastre AP). Ce lieu ne figure pas sur la carte IGN de 2014.

Ce domaine est une ancienne propriété de l'hôpital de la Charité de Tours.

La Riche par Tourainissime

Le Boulay - Les Larderies

Historique du nom: La Larderie (1698, 1741, 1758, 1767, Archives 37, H, Abbaye de Gastines), Les Larderies (1752, Archives 37, H, Abbaye de Gâtines), La Larderie (1791, Archives 37, 1Q, Biens nationaux), Les Larderies (1835, Cadastre C3). Ce lieu ne figure plus sur le cadastre de 1935 et la carte IGN de 2013.

Ce domaine est une ancienne propriété de l'abbaye de Gâtines. En 1767, les bâtiments étaient détruits. Cette terre est mentionnée dans des baux du 8 novembre 1698, 15 février 1741, 16 septembre 1758 et 8 juin 1767.

Le Boulay par Tourainissime

Saint-Christophe-sur-le-Nais - Larré

Historique du nom: Laré (XVIIIe siècle, Carte de Cassini), Larre (1820, Carte de l'état-major), Larré (1834, Cadastre B4), Larré (1938, Cadastre B3b). Ce lieu ne figure pas sur la carte IGN de 2014.

En 1790, les fermes composant ce hameau appartenait à la cure de Saint-Paterne.

Saint-Christophe-sur-le-Nais par Tourainissime

La Celle-Guenand - La Landerie

Historique du nom: La Landerie (XVIIIe siècle, Carte de Cassini), La Landérie (1812, Cadastre A5), Les Landries (1820, Carte de l'état-major), La Lauderie ou La Laudetterie (1882, Dictionnaire d'Indre-et-Loire, J.-X. Carré de Busserolle), La Landerie (1949, Cadastre A4), La Landerie (2013, Carte IGN).

En 1702-1720, ce fief appartenait à Louis de Marans, écuyer; en 1729, à François-Marc de Marans.

La Celle-Guenand par Tourainissime

Descartes - Saint-Lazare

Historique du nom: Saint Lazare (1833, Cadastre), Saint Lazare (1965, Cadastre C). Ce lieu ne figure pas sur la carte IGN de 2013.

A cet endroit se trouvait une ancienne maladrerie dont les biens furent réunis à l'Hôtel-Dieu de Tours, par lettres de décembre 1698.

Descartes par Tourainissime

Auzouer-en-Touraine - La Libourgie

Historique du nom: Le manoir du Plessis Auzouer (1717, Archives 37, E119), La Libourgerie (1770, acte Boulard/Paris), La Libourgie (1795, Archives 37, 1Q49-19-2, Biens nationaux), La Libourgie (1835, 1934 Cadastre F1). Ce lieu ne figure pas sur la carte IGN de 2013.

Dans ce lieu, au XVIIIe siècle, se tenaient les assises des fiefs du Plessis-Auzouer et de Bernier. La Libourgie fut vendue comme bien national, en 1793, sur Didier-François Mesnard de Chouzy, émigré.

Auzouer-en-Touraine par Tourainissime

Tours - La Limasserie

Historique du nom: La Limacerie (XVIIIe siècle, Archives 37, H, Abbaye de Marmoutier, mense séparée), La Limasserie (1811, Cadastre de Sainte-Radegonde-en-Touraine B1). Ce lieu ne figure pas sur le cadastre de 1964 et la carte IGN de 2014.

Ce domaine est une ancienne dépendance de l'abbaye de Marmoutier.

Tours Nord par Tourainissime

Monnaie - Les Loges

Historique du nom: Les Loges (1583, Archives 37, G956, Bail), Les Loges (1818, 1944, Cadastre A1). Ce lieu ne figure pas sur la carte IGN de 2014.

En 1583, cette ancienne propriété de l'abbaye de Marmoutier se composait de 90 arpents de terre labourable.

Monnaie par Tourainissime

Saint-Aubin-le-Dépeint - Le Logis

Historique du nom: Le Logis (1820, Carte de l'état-major), Le Logis (1834, 1933, Cadastre C1). Ce lieu ne figure pas sur la carte IGN de 2014.

En 1793, ce domaine fut vendu comme bien national sur N. de Grimont, comte de Moyon, émigré.

Saint-Aubin-le-Dépeint par Tourainissime

Mosnes - L'Ouche

Historique du nom: L’Ousche (1639, Rôle des fiefs de Touraine, rôle d’Amboise), Louche ou l’Ouche (XVIIIe siècle, Archives 37, E342), L’Ouche (1954, Cadastre A1). Ce lieu ne figure pas sur la carte IGN de 2013.

En 1639, ce fief, relevant du château d'Amboise, avait un revenu annuel de 4 sols.

Mosnes par Tourainissime