Saint-Christophe-sur-le-Nais - Gênes

Ce domaine a porté les noms de: Gesne (1639), Jesna (XVIIe siècle), Gesnes (XVIIIe siècle, carte de Cassini), Gennes (1834 et 1938, cadastre) et Gênes (carte IGN).
C'est un ancien fief. Vers 1170, Geoffroy le Bel donna à l'abbaye de Saint-Florent de Saumur la dîme de ce domaine. En 1604, Gênes, qui appartenait à Jean de Genetay, fut vendu, pour la partie concernant le fief, à Philémon Voisin, porte manteau du roi, et la métairie à Bernard Croyzé, avocat à Château-du-Loir. En 1648, Pierre Dunoyer, bailli de Saint-Christophe, acquiert la métairie puis le fief. Le logis seigneurial  fut construit soit par Pierre Dunoyer, soit, après son décès en 1679, par son fils, Jean Dunoyer, lieutenant général du Duché Pairie de la Vallière. Ce logis passa ensuite à Jean-Jacques Dunoyer, décédé en 1762. En 1772, Gênes est vendu à Jacques Étienne Bourgault Ducoudray. Après le décès d'Hercule Bourgault, en 1825, le domaine fut cédé à Pierre Jacques Sylvestre Voisin, négociant à Château-du-Loir. En 1840, Gênes est acheté par un médecin, Esprit-Jean Gendron, dont la femme Henriette Boitard fut marraine, en 1842, avec Louis de Sarcé, de la cloche de Saint-Christophe. Il existait, dans le logis seigneurial, une chapelle qui est mentionnée dans le Registre de visite des chapelles du diocèse de Tours, en 1787.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire