Monts - Candé

Ce domaine s'est appelé: Condatum (915, charte de Théotolon), Candiacus (938), Candeium (1239, charte du prieuré du Grais), Herbergamentum de Candeyo (début du XIIIe siècle, cartulaire de l’archevêché de Tours, Livre de Eschequete), L'hébergement de Candé (XIVe siècle, cartulaire de l’archevêché de Tours), Candé (1558, Archives départementales), Le fief et seigneurie de Candé (1639, rôle des fiefs de Touraine, rôle de Montbazon), Candé (XVIIIe siècle, carte de Cassini), Château de Candé (1823, cadastre), La terre de Candé (1853, acte notarié), Château de Candé (1937, cadastre), Domaine de Candé (1974, acte administratif, Hypothèques de Tours).
Cet ancien fief relevait du château de Montbazon à foi et hommage-lige, une paire d'éperons dorés et 40 jours de garde. Le propriétaire devait, en outre, foi et hommage simple à l'abbaye de Cormery, pour divers terrains faisant partie de son domaine. Le château domine la vallée de l'Indre. Il a été construit en 1508 par François Briçonnet, maire de Tours.

Seigneurs de Candé:
  1. Macé de Larçay, écuyer, vivant en 1313, est le premier seigneur connu.
  2. Pierre de Larçay, écuyer, vivait en 1353.
  3. Jean Bonin, écuyer, 1416.
  4. Julien Berruyer, écuyer, 1435.
  5. Jean Bonin, écuyer, vendit la terre de Candé au suivant, par acte du 23 février 1499, au prix de 7.620 livres.
  6. François Briçonnet, seigneur de Candé, Leuville, La Caherie, conseiller du roi et général des finances, maire de Tours (1499) maître de la Chambre aux deniers (1511), mourut avant 1531, laissant deux enfants de son mariage avec Denise Le Beichel: Robert, mort jeune; Jeanne, femme de Charles Mesnager. François Briçonnet était fils de Jean Briçonnet, dit le jeune, seigneur de Chanfreau, receveur-général des finances, et de Catherine de Beaune.
  7. Charles Mesnager, seigneur de Candé, de Maudoux et de Mettray, conseiller et secrétaire du roi, argentier de la reine, maire de Tours (1540). Il épousa Jeanne Briçonnet, fille de François Briçonnet, seigneur du Chêne, receveur-général des finances, et de Denise Le Beichel.
  8. François Peguineau, seigneur de Candé, du chef de sa femme, Catherine Mesnager, fille du précédent, mourut vers 1555. Par acte du 13 février 1556, sa veuve vendit Candé au suivant, au prix de 25.000 livres.
  9. Guillaume Bertrand, seigneur de Candé et de Vilmort, garde des sceaux de la chancellerie de Toulouse, conseiller au Grand-Conseil, maître des requêtes. Le 3 novembre 1564, il vendit Candé à Victor Brodeau. Il fut tué à Paris, le jour de la Saint-Barthélemy. Il était fils de Jean Bertrand, seigneur de Frazin et de Villeles, garde des sceaux de France, et de Jeanne de Barras.
  10. Victor Brodeau, deuxième du nom, seigneur de Candé (1564), fils de Victor Brodeau, seigneur de la Chassetière, secrétaire d’État, et de Catherine de Beaune, épousa Marie Courtin, dont il eut Victor, qui suit, et trois autres fils, morts dans les guerres.
  11. Victor Brodeau, troisième du nom, seigneur de Candé et de Vaugrigneuse (1598), eut quatre enfants, de son mariage avec Claudine du Val: Jean, qui suit; Louis, seigneur de la Chassetière, colonel d'un régiment d'infanterie, gouverneur du Mont-Saint-Michel; Anne, mariée au marquis de Curtigny; Charlotte.
  12. Jean Brodeau, marquis de Chastres, seigneur de Candé, grand-maître des eaux et forêts de l'Île-de-France, mourut à Candé le 21 décembre 1712. Il avait épousé Catherine Deschamps, dont il eut un fils, mort le 3 août 1692.
  13. Georges-François de Guenand, chevalier, lieutenant-colonel d'infanterie, seigneur de l’Étang, ayant la procuration de sa femme, Jeanne-Louise-Madeleine Brodeau, vendit la terre de Candé au suivant, par acte du 28 juin 1715, au prix de 54.000 livres. Dans cet acte le château est qualifié de maison forte, avec douves et pont-levis.
  14. Pierre Anguille de la Niverdière, seigneur de Candé, la Motte-Fort, etc..., commissaire-provincial des guerres dans le Roussillon, 1715, marié à Marie-Louise de Charbonneau, décédée à Monts le 15 mai 1754.
  15. Mathieu-Pierre Anguille de la Niverdière, fils du précédent, écuyer, seigneur de Candé, lieutenant-commissaire-provincial des guerres à Tours, mourut dans cette ville le 9 août 1769. Il avait épousé Françoise de Bourdois, dont il eut Anne-Julie-Félicité, mariée, le 21 avril 1758, à Jacques-Joseph de Fay-Peyraud.
  16. Jacques-Joseph de Fay-Peyraud, écuyer, seigneur de la Chèze, de la Chapelle-Périgny et d'Avanton, puis de Candé, du chef de sa femme, commissaire-provincial des guerres à Tours, eut quatre enfants de son mariage avec Anne-Julie-Félicité Anguille: Jean-Hector-Jacques, officier aux gardes-wallonnes; Mathieu-François, officier au régiment Royal-vaisseau, décédé à Poitiers le 8 décembre 1829; Julie-Françoise, morte en 1794; une fille, mariée à N. Goëslard de Montsabert. Il comparut, en 1789, à l'assemblée de la noblesse de Touraine.
Par acte du 11 mars 1791, il vendit la terre de Candé à Paul-Louis-Marie-Maxime Pouget de Monsoudun, qui la légua à Marie-René, vicomte de Chastenet de Puységur. Le 23 mars 1838, ce dernier la vendit à Jacques-Raoul Le Caron de Fleury, qui la revendit à M. Drake del Castillo, en avril 1853.
La poudrerie du Ripaul était jadis une des dépendances de Candé. Les moulins qu'elle a remplacé à la fin du XVIIIe siècle furent vendus en 1770, par les héritiers de Mathieu-Pierre Anguille de la Niverdière, à Paul Moulinet, Georges Chicoine et Louis Robert, négociants.
Vers 1700, Jean Brodeau, marquis de Chastres, fit des démarches près de l'archevêque de Tours, pour obtenir l'érection de Candé en paroisse; mais les habitants de Monts lui firent une très vive opposition, si bien qu'il dut renoncer à son projet.
En 1864, M. Drake del Castillo fit exécuter des réparations très importantes au château, sous la direction de M. Meffre, architecte à Tours.
Il existe dans ce château une chapelle mentionnée dans le Registre de visite des chapelles du diocèse de Tours, en 1787.
Nicolas Bourbon, poète latin, né à Vandœuvre, en 1503, mourut à Candé, en 1550.
C'est dans ce château que s'est déroulé, le 3 juin 1937, le mariage du duc de Windsor (ex-roi Edouard VIII) avec Mme Wallis Simpson après son abdication du trône d'Angleterre le 10 décembre 1936.

Monts sur Tourainissime

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire