Neuvy-le-Roi - La Mauvissière

Ce domaine s'est appelé La Mauvissière: en 1639 (Rôle des fiefs de Touraine, rôle de Saint-Christophe), au XVIIIe siècle (Carte de Cassini), en 1834 (Cadastre), en 1938 (Cadastre).
Cet ancienne châtellenie relevait du château du Bois et de Neuvy à foi et hommage lige et deux flèches à chaque mutation de seigneur. Au début du XVIe siècle, elle appartenait à Jean de Castelnau, chevalier, qui fit rebâtir le château et l'entoura de fossés, avec l'autorisation d'Honorat de Bueil, baron de Fontaines et seigneur du Bois. Il fonda, dans l'église de Neuvy, une chapelle destinée à sa sépulture et à celles de ses successeurs. De Jeanne du Mesnil, il eut: Pierre, qui suit; Michel, seigneur de la Mauvissière, en partie, comte de Beaumont-le-Roger, qui a fait la branche des marquis de Castelnau; et Titus, seigneur de la Princerie, chevalier de l'ordre du roi, gentilhomme de la chambre du duc d'Alençon, marié à Jeanne de Courtenay et qui fut assassiné en avril 1573.
Pierre de Castelnau, seigneur de la Mauvissière et du Rouvre, maître d'hôtel de François de France, duc d'Anjou, mourut en 1583.
Christophe de Castelnau, fils du précédent, seigneur de la Mauvissière, maître d'hôtel du roi, eut deux enfants: Louis, seigneur de la Mauvissière, en partie, et dont on parlera plus loin, et Urban, qui mourut du vivant de son père, au siège de Montauban, laissant deux filles: Anne, dame de la Mauvissière, en partie, décédée à l'âge de 18 ans, et Urbane, qui devint propriétaire de la Mauvissière et épousa Jacques de Segrais, chevalier.
Louis de Castelnau acquit des enfants de son frère la part de la terre de la Mauvissière qu'ils possédaient et vendit le domaine entier, le 5 octobre 1655, à Gilles de Rougé, écuyer, seigneur de Roisson.
La Mauvissière passa ensuite aux mains de Louis du Bois, marquis de Givry et de Vendenesse, conseiller d’État, bailli de Touraine, décédé en 1699, et qui eut pour fils et successeur Louis-Thomas-Olivier du Bois, marquis de Leuville, comte de Fontaines-Maran, baron de Neuvy et seigneur de la Roche-Bourdeille. Charles-Léonard de Baylens, marquis de Poyanne, lieutenant-général des armées du roi, grand bailli de Touraine, épousa, le 8 mars 1745, Antoinette-Madeleine, fille unique de Louis-Thomas-Olivier du Bois et en eut Henriette-Rosalie, qui fut mariée, le 17 février 1767, à Maximilien-Alexis de Béthune, duc de Sully. Celui-ci mourut le 24 juin 1776, laissant une fille, Maximilienne-Augustine-Henriette, née le 27 septembre 1772.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire