Descartes - La Barbotinière

Ce domaine s'est appelé: La Barbotinière (1434), La Barbotinière (1483), La Barbotionière (1498), La Barbotinière (1580, Aveu de Louis de Rohan), La Barbotinière (1596, 1613 et 1634, Archives communales de Descartes-Balesmes), La Barbotinière (1640, rôle des fiefs de Touraine, rôle de Chinon), La Barbotinière (1657, Archives communales de Descartes-Balesmes), La Barbottinière (XVIIIe siècle, carte de Cassini), La Barbotinière (1833 et 1965, cadastre de Balesmes). Il faisait partie de l'ancienne commune de Balesmes.
Cet ancien fief relevait de la baronnie de La Haye (Descartes), à foi et hommage-lige et un roussin de service du prix de 60 sols. Dans un titre de 1498, il est qualifié d'hôtel fort et d'hébergement. Le premier seigneur connu est Pierre de Sacé, chevalier, seigneur des Hayes, en Anjou, qui rendit hommage au baron de La Haye le 15 octobre 1434. Il eut pour successeurs: Guillaume du Puy, écuyer, mentionné dans des titres de 1445 et 1478; Louis du Puy, écuyer, qui rendit hommage au baron de La Haye le 10 août 1498; François du Puy, écuyer, qui rendit aussi hommage, le 23 décembre 1536; Jacques de Couhé, écuyer, marié à Charlotte du Puy, vers 1552; Honorat de Coué, écuyer, 1613; Jean-Louis Grattelou, écuyer, 1634; Anne-Françoise de la Borde, qualifiée de dame du fief de La Barbotinière en 1640; René de la Bouchardière, écuyer, seigneur de Valençay, 1654-1659; François de Vaillant, écuyer, seigneur d'Avignon, de Montaigu, des Linières et de la Barbotinière, par la suite de son mariage avec Marguerite de la Bouchardière, 1696-1718.
L'écrivain René Boylesve (René Tardiveau) a passé cinq ans de sa jeunesse, de 1871 à 1876, dans cette demeure qui appartenait alors à une tante de sa mère, Clémence Jeanneau.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire