Saint-Nicolas-de-Bourgueil - Le Port-Guyet

Ce domaine s'est appelé: Le Port Guiet (1493), Port Guyet (1681, acte notarié), Port Guiet (1781, acte notarié), Le Portguyet (XVIIIe siècle, carte de Cassini), Le Port Guyet (1830 et 1947, cadastre), Le Port Guyet (1962, carte IGN).
Cet ancien fief relevait du Colombier. On y voit une chapelle qui fut fondée, en 1681, sous le vocable de la sainte Trinité, par Bernard Pelaud, seigneur du Colombier, et sa mère, Marguerite du Tertre. Elle fut bénite le 15 décembre 1681. Elle eut le titre de prieuré.
La chapelle du Port-Guyet a cessé d'être consacrée au culte en 1790. Son revenu, à cette époque, était de 2000 livres. Elle fut vendue nationalement, avec la ferme qui en dépendait, le 18 mars 1791, et eut pour adjudicataire, au prix de 56.000 livres, Louis Princé, de Restigné. L'abbaye de Bourgueil devait à cette chapelle un agneau le jour de Pâques. Le chapelain avait le droit de pêche et de passage sur la Loire au Port de Grenelle. Jean-Baptiste Clumeau était chapelain en 1697; Thomas Bertheraud, en 1716; Louis Courtois, en 1733; Nicolas Arthus, en 1773; Jean-Baptiste Brunelle, en 1790. En 1687, Marguerite du Tertre, veuve René Pelaud, fut inhumée dans cette chapelle.
Le 20 août 1682, le fief Porcher, situé dans la paroisse de Saint-Nicolas-de-Bourgueil, fut donné à la chapelle du Port-Guyet par Marguerite du Tertre, veuve de René Pelaud.
Le fief du Port-Guyet appartenait, en 1493, à Jean Bruneau, qui rendit hommage le 25 avril; en 1564, à Mathurin de Lommaize; en 1680, à René Pelaud. Dans quelques titres, on donne le nom de Colombier à ce domaine.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire