Villandry - Fonché

Ce domaine s'est appelé: Fons Chari (908), Fons Chari (1032, charte de l’abbaye de Marmoutier), Fonscharus (1064, charte de l'abbaye de Marmoutier), Domus Sancti Martini apud Fonscarium (1086), Locus qui dicitur Funcher (1096), Locus fundiscari (1202), Fonchier (1213 et 1275), Hébergement de Fonchier (1300, charte de l’abbaye de Marmoutier), Le Grand Foncher (1598, acte), Fonscher (1639, rôle des fiefs de Touraine, rôle de Montbazon), Foncher (1677, 1722 et 1749, actes), Le Grand Foncher (1770 et 1775, actes), Fonchet (XVIIIe siècle, carte de Cassini), Le Grand Foucher (1791, Biens nationaux), Foncher (1808, cadastre), Fonché (XXe siècle, carte IGN).
Cet ancien fief relevait du château de Tours. Il s'étendait dans les paroisses de Colombiers (Villandry) et de Berthenay. L'abbaye de Marmoutier en était propriétaire. Au commencement du XIe siècle, elle y fonda un prieuré. La chapelle de Foncher est mentionnée dans divers titres des XIe, XIIe, XIIIe et XVe siècles. Le service religieux y était célébré par un religieux de Marmoutier. Garnier, vivant en 1091, est le premier prieur connu.
La mairie de Foncher constituait un fief qui appartenait, au commencement du XIIIe siècle, au seigneur de Colombiers (Villandry) et relevait de l'abbaye de Marmoutier. Vers 1206, Barthélemy de Colombiers la donna à ce monastère. Cette donation fut confirmée par une charte de Pierre Savary, seigneur de Montbazon et de Colombiers, de mai 1213. Les religieux de Marmoutier, en leur qualité de seigneurs de Foncher, avaient le droit de haute, moyenne et basse justice, sur les habitants de ce domaine. En 1083, Eudes, comte de Blois, leur donna le droit de pêche dans le Cher, près de leur seigneurie et prieuré. Pierre de la Brosse, seigneur de Langeais, vendit, en 1275, pour 60 livres tournois, à l'abbé de Marmoutier, un droit appelé le bûcher, qu'il possédait dans les bois de Foncher. Le 10 janvier 1791, la propriété de Foncher, vendue nationalement, fut adjugée à Viot Desormes, au prix de 198.100 livres. Le 10 février 1791, ce dernier déclara avoir agi pour Emmanuel-Yves Bersole, directeur de la poste aux lettres de Brest qui, le 30 janvier 1805, revendit Foncher à Marie-Élisabeth de Civrieux dont le mari, Antoine-Grégoire Michel, banquier à Paris, avait acquis deux ans plus tôt la terre de Villandry. Foncher est alors incorporé à ce domaine et en fera partie jusqu'en 1908. Le 11 octobre 1813, l'ensemble fut cédé par Mme Michel à César-Joseph Idlinger.
Le 14 décembre 1814, Jean-Jacques Foignet, prête-nom de Pierre-Laurent Hainguerlot, échangea des terres en Italie avec le baron de Sorsum qui lui abandonna le château de Stains, près de Paris, et avec Idlinger qui cédait Villandry. Or, Foignet et Hainguerlot n'étaient que les mandataires de Jérôme Bonaparte. Le 29 décembre 1828, lors de la signature du contrat de mariage de son fils, Georges-Tom avec Stéphanie Oudinot, fille du maréchal, Pierre-Laurent Hainguerlot donna en dot Foncher, lui assurant après sa mort (survenue le 16 avril 1841) la totalité des terres de Villandry. C'est son arrière-petit-fils, Georges Hainguerlot, qui en détachera la métairie de Foncher qui fut acquise, le 5 décembre 1908, par les époux Lepert qui revendirent, le 7 juin 1920, à la communauté Mexme-Freneau. L'ancien logis seigneurial fut, de nouveau, cédé le 17 avril 1963.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire