Bréhémont - Milly

Ce domaine s'est appelé: Millé (1532), Milly (1576, acte notarié), Le Fief Millé (1639, rôle des fiefs de Touraine, rôle de Chinon), Milly (1644, 1698, 1699, 1754 et 1780, actes notariés), Milly (XVIIIe siècle, carte de Cassini), Milly (1791, Archives départementales, Biens nationaux), Milly (1813 et 1940 (cadastre).
Cet ancien fief relevait de Rivarennes, à foi et hommage lige, quarante jours de garde et, à chaque fête de saint Louis, un collier de lévrier garnie d'une laisse de soie de cheval. En 1480, il appartenait à Urbain de Vonnes; en 1530, à François de Maraffin, écuyer; en 1560, à Macé Proust; en 1586, à Jean Proust; en 1610, à Louis Proust; en 1644, à Jacques Senelle, maître apothicaire à Tours, qui l'acheta de Louis Proust, par acte du 6 juillet; en 1658, à Antoine Dalmas, échevin de Tours, par son mariage avec Marie Senelle, sœur du précédent; en 1670, à François Dalmas; en 1696, à Marie et Françoise Barbou; en 1697, à Achille de Gast d'Artigny, qui le vendit aux chanoinesses de Luynes, par acte du 7 novembre 1699. Celles-ci rendirent aveu le 20 novembre 1722 et le 3 novembre 1754.
Le logis seigneurial était fortifié et entouré de douves. On y signalait une chapelle. Le seigneur de Milly avait droit de passage au Port-de-la-Madeleine, appelé jadis Port-des-Amyes, ou Port-Piballeau.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire