Azay-sur-Cher - La Gitonnière

Ce domaine d'est appelé: La Gitonnière, alias Guérinière (1446 et XVIe siècle, Archives départementales), La Gittonnière (1639, Rôle des fiefs de Touraine, rôle de Montbazon), La Gittonnière (1771, acte notarié), La Gitonière (XVIIIe siècle, carte de Cassini), La Gitonnière (1812, acte notarié), La Gitonnière (1826, cadastre), La Gitonnière (XXe siècle, carte IGN). On y signalait une chapelle.
Cet ancien fief relevait du château d'Azay-sur-Cher, à foi et hommage simple et deux sols de service. En 1446, il appartenait à Jean de Montbazon; en 1500, à Jean Petit, bourgeois de Tours; en 1510, à Renée Burdelot, veuve de Jean Fournier, secrétaire du roi; en 1522, à Charles Fournier; en 1540, à Léonard Rancher; en 1576, à Antoine Rancher, chevalier, maître de requêtes de l'hôtel du roi; en 1626, à François Chevalier; en 1630-1642, à Claude Compain, greffier au bureau des finances de Tours; en 1665, à Charlotte Chollet, veuve du précédent; en 1706-1711, à André d'Arcy; en 1716, à N. de Malherbe; en 1718, à la veuve d'Antoine Boualt; en 1728, à Laurent d'Arcy; en 1738, à Marie Michelet, veuve de François Noirais, capitaine de Cavalerie, elle rendit aveu le 27 décembre; en 1760, à Jean Gasnier; en 1771, à Madeleine Girollet, qui vendit ce fief, par acte du 30 mars, à Antoine-Louis Houdin. Le 7 février 1784, Jean-Alexandre Chaillou, écuyer, garde le porte du comte d'Artois, se rendit adjudicataire, pour 40.000 livres, de la terre de la Gitonnière, vendue aux enchères, au Châtelet de Paris. Il avait épousé Marie-Louise-Jacqueline Dubourg. Par acte du 11 novembre 1791, il vendit le même domaine, pour 65.000 livres, à René-Pierre de Renusson d'Hauteville, ancien mousquetaire du roi, et à Amable-Victoire Robin, sa femme.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire