Montlouis-sur-Loire - Thuisseau

Ce domaine s'est appelé: Tuisseau, in parochia de Monte Laudato (1239, charte du prieuré de Saint-Jean-du-Grais), Tusseau et Tuysseau (XIVe et XVe siècles, archives départementales), Thuisseau (1522, Archives départementales), Thuisseau Montlouis (1523, Lettres patentes de création de la châtellenie de Thuisseau-Montlouis), Thuisseau (1523 et 1526), Thuisseau (1536, Archives départementales), Thuisseau (1579, Archives départementales), Thuisseau (1598, Archives nationales), Thuisseau (1639, rôle des fiefs de Touraine, rôle d’Amboise), Thuisseau (1736, acte notarié), Thuissault (1756, Archives départementles), Tuisseau (vers 1775, Archives départementales), Thuisseaux (XVIIIe siècle, carte de Cassini), Thuisseau (1813, cadastre), Thuisseau (1863 et 1864, actes notariés), Thuisseau (1963, cadastre).
Au XVIe siècle, cet ancien fief relevait de l'archevêché de Tours à foi et hommage simple et 30 sols, à muance de seigneur. Par la suite, il eut le titre de châtellenie et releva du château d'Amboise. Il a appartenu à:
  • Gilles de Thuisseau, écuyer (vers 1300).
  • Guillaume de Thuisseau (en 1320).
  • Joscelin de Thuisseau (en 1325).
  • Jean de Targé (en 1382).
  • Eustache de Noray (en 1467).
  • Jean de Blanchefort (en 1493-1507).
  • François de Blanchefort (en 1516) qui le vendit à Philibert Babou.
  • Philibert Babou, trésorier de France, qui rendit hommage, pour ce fief, à la reine mère le 14 juillet 1523 et le 25 mai 1526.
  • Marie Gaudin, dame de la Bourdaisière (en 1579).
  • Georges Babou de la Bourdaisière (en 1598).
En janvier 1523, ce domaine, réuni aux fiefs de Montlouis, du Tertre, de Rabu, des Aulnais, de Pallière, des Boires et Filets, de Tailleau, du Petit-Usseau, de Constart, de Marre et de la Mairerie, fut érigé en châtellenie, sous le nom de Thuisseau-Montlouis, en faveur de Philibert Babou. En juin 1717, uni à La Bourdaisière et autres terres, il fit partie du marquisat de La Bourdaisière, érigé en faveur de Philippe de Courcillon, marquis de Dangeau. Jusqu'à la Révolution, il fut possédé par les seigneurs de La Bourdaisière.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire